festival Bernard Dimey

Site de l’association Bernard Dimey • Nogent  (Haute-Marne)

Accueil      Le festival        Concerts        L’association       Les statuts       On l’a fait        Liens       Contact    

 

Geneviève

MORISSETTE

DIMANCHE 7 mai 2017   21h30   Centre Culturel Robert Henry

http://www.genevievemorissette.comhttp://www.genevievemorissette.comhttp://livepage.apple.com/shapeimage_3_link_0
https://fr-fr.facebook.com/genevievemorissettehttps://fr-fr.facebook.com/genevievemorissettehttps://fr-fr.facebook.com/genevievemorissetteshapeimage_4_link_0

Biographie

Geneviève Morissette est une auteure-compositrice-interprète québécoise.

Elle s'illustre sur la scène française depuis 2014.

La carrière de Geneviève Morissette démarre à 8 ans, elle apprend le piano avec sa grand-mère. Adolescente, elle hérite d’un disque de Janis Joplin et connaît une révélation.

Son énergie et sa fougue la bouleverse. Elle réalise qu’elle veut devenir chanteuse. C’est là que Geneviève devient « La Morissette ».

Plus tard :


elle reprend le piano et le chant pop jazz avec la chanteuse québécoise Johanne Blouin


elle s’inscrit à l'École nationale de la chanson de Granby (Québec) et s’illustre dans de nombreux concours de chansons québécoises


en 2009, elle remporte le concours « Ma première place des arts »


en 2012, elle est finaliste du Festival international de la chanson de Granby et gagne quatre prix dont le prix du public et le prix des Rencontres d’Astaffort dirigées par Francis Cabrel.


Ce sera l’occasion pour elle de faire ses premiers pas en France en 2015

Pétillante, rebelle et audacieuse, son pop-rock innove.

« La Morissette » se démarque par une personnalité qui en impose !

Découverte par Laurent Balandras, spécialiste de la chanson française et éditeur, elle a sorti en France son premier album « Me v’là » en août 2015 et sa réédition en juin 2016.

Discographie

Me V’la », premier album.

Réalisé par Antoine Gratton, sorti en France le 28 août 2015 sous le label EPM Musique/Balandras Éditions/Universal Music Group.

Mélange de rock et de chansons, enregistré en public à Montréal et au studio Le Garage à Paris. Il comprend dix titres. Six titres sont accompagnés par le quatuor à cordes Orphée, et la chanson Comme dans un film est co-écrite et enregistrée en duo avec Oldelaf.

C’est la première fois depuis Félix Leclerc qu’une artiste québécoise sort son premier album en France avant de le faire au Québec.


« Me re V’la », deuxième album

Sorti en juin 2016, Me rev'là se présente comme une réédition de luxe de l’album précédent. Il comprend trois nouveaux titres dont Paris (écrit à la suite des attentats du 13 novembre 2015) et Michel Drucker (déclaration d’amour et d’humour au présentateur de télévision)

DIMANCHE 7 mai 2017 15h00  SCENE EXTERIEURE

LA GOUTTE

http://www.lagoutte.nethttp://www.lagoutte.nethttp://www.lagoutte.net/shapeimage_8_link_0


Samedi soir, le Chant des moutons a accueilli le groupe La Goutte, un quatuor qui vient du Nord, avec des chansons à texte et des influences musicales variées allant du tango au rock, en passant par le flamenco. À travers la chanson française, Gaby exprime sa vision du monde, ses états d'âme, souvent avec une pointe d'humour.

Le quatuor était composé de Gaby, auteur, compositeur, interprète, Ludivine, claviériste et accordéoniste, Jonas, à la contrebasse et guitare électrique, et Hugo, à la batterie. Gabriel De Villeneuve, dit Gaby, a remporté le 7 e prix Andrée-Chedid pour sa reprise du texte « J'ai tant rêvé de toi » de Robert Desnos, en collaboration avec Le Fieffé Fou.

Un album est sorti au printemps « Quel jour on est ? ». Le 14 août, le groupe participera au festival Les Vers solidaires à Saint- Gobain dans l'Aisne.                                                                                                      La République du Centre 


Il a le timbre de Laurent Berger (le chanteur, pas le syndicaliste, hein !) et quelques intonations communes à Loïc Lantoine et à Batlik, à Mano Solo aussi, belles familiarités pour entrer en connaissance. Lui, c’est Gabriel de Villeneuve, le chanteur de La Goutte.
Ce groupe-là ressemble à d’autres comme deux gouttes d’eau, à tous ceux qui depuis ving-cinq ans déboulent dans la chanson dite « réaliste », avec des textes plutôt travaillés où grouille l’humanité et se forge l’empathie, des musiques alliant la guinguette et l’amplifié (« quelque part entre la musique de chambre et le rock de garage » ai-je lu, mais ça me semble exagéré), chanson française un rien bousculée par des influences slaves ou arabo-andalouses, une fougue dans l’interprétation, une belle énergie. Il y en a eu beaucoup. Certains durent encore, d’autres non.
Eux, ce sont Gabriel de Villeneuve (chant, guitare), Ludivine Vandenbroucke (clavier/accordéon), Jonas Umbdenstock (contrebasse/guitare), Hugo Lagorsse (batterie). Leur commerce est fait de belles mélodies et de paroles denses, intelligentes, qui sont plus des considérations sur les êtres, sur soi, sur la vie. Sur la mort aussi, telle la chanson-titre Quel jour on est ?, un mort qui, jours et saisons, perd ses repères (« j’ai pas vu passer la mort… ») ; telle cette autre où on lui trouve des excuses (C’est pas sa faute). Tout n’est certes pas taillé dans le même bois mais le registre (le timbre du chanteur aussi, et ce qu’il en fait) ne font pas particulièrement dans la joie. Eux sont dans la dramaturgie, dans des images fortes et sombres (comme cette chanson où le personnage est un Rat d’égoût, dégoûtant…), dans des histoires aux cœurs tordus noyés de désespoir… C’est très bien écrit.
Dans la marasme actuel où un disque sur deux semble être de reprises, cette goutte-là vous arrive comme rosée du matin qui, même tristement « réaliste » vous donne un coup de neuf, vous requinque presque. Ce n’est pourtant pas leur premier disque : un ep puis un cédé, Drôle de monde, en 2012, l’ont précédé, nous donnant déjà le goût. Ce nouvel album, sorti juste avant l’été, pourrait, ce ne serait que justice, faire accéder cette Goutte à une plus grande notoriété, sans toutefois la verser dans l’océan de la chanson, gardant à elle son timbre si particulier, cette niche sombre et réaliste aux paroles délicieusement désespérées.

                                                                                                                                                        Nos Enchanteurs 

JUJA LULA

http://jujalula.comhttp://jujalula.comhttps://www.youtube.com/watch?v=Y1fnoyX1Od8shapeimage_9_link_0
https://fr-fr.facebook.com/Juja-Lula-163038640374617/https://fr-fr.facebook.com/Juja-Lula-163038640374617/https://www.youtube.com/watch?v=Y1fnoyX1Od8shapeimage_10_link_0

Juliette et Lucie Taffin ont toutes deux une vingtaine d'année de pratique instrumentale derrière elles, au piano et à l'accordéon. Les textes qu'elles aiment et chantent sont d'Olivier Taffin, transfuge de la bande dessinée.

Avant de se plonger dans la musique et dans la chanson, c'est au théâtre qu'elles ont d'abord passé l'épreuve de la scène. La transition se fait de 1997 à 2002, alors qu'elles défendent sur les planches, en tant que comédiennes et musiciennes, trois pièces de théâtre musical de Cornelia Taffin.

Pour la dernière de ces pièces, Luna derrière les nuages , Lucie compose l'ensemble des musiques, et se faisant, touche du bout des doigts ce qui deviendra un peu plus tard Juja Lula.

Sous la peau des orages, dans le ventre du silence les sœurs Juja Lula sont par essence jamais seules. Totalement atypiques dans le spectre musical elles ajoutent à leurs talents personnels de trompettiste et pianiste pour l'une et d'accordéoniste pour l'autre un nouvel ingrédient : la batterie de Stéphane Minéot. .  Tout part de très loin dans cette recherche faite de cassures et de mélodies dont le résultat est toujours surprenant. Comme dans ceux qui le précèdent en cet album la musique reste une chair composite : chaque titre est un corps étrange et inattendu aux sonorités harmoniquement sobres, aux structures complexes et au texte impertinent. France Culture

Les sœurs Taffin font entrer dans la nuit de l'être et les affres du désir non sans humour afin que les douleurs - qu'entre autres "Noé" et "Monsieur Déconfiture" instillent - dégénèrent. Sémaphores sonores d'un genre particulier les titres consument le vernis des apparences tel qu'il est enduit dans la musique populaire. Entre swing et lamento, jazz et goualante l'album est avalé trop vite. Il faut déjà le reprendre pour se baigner dans le blues où (rou)coule l’âme liquide des deux partenaires adeptes des brusques virages et d'habiles palimpsestes.

 L’angoisse diffuse sans cesse mais trouve des repères d'apaisement. Juja Lula transforment cette intruse une taiseuse, montre son envers et scanne sa pénombre.   Et si la vie est un voyage les deux sœurs permettent de repérer des paysages des plus retirés. Ils sont secoués par des vagues du songe. Ayant perdu leur couleur les êtres sont parfois gris comme des chats la nuit. Ils deviennent leurs propres "sosies", s'épanchent puis s'apaisent en des hiatus ouverts, des enfouissements secrets et de brusques cascades qui se referment parfois comme une porte qui claque.  Salon Littéraire Linternaute

TOURNELUNE

Tournelune distille un rock proche du mini métal pop électro guinguette, aux textes percutants dénonçant la privatisation des protocoles de la directive A70 entertainment.... Waouh se diront les gens !! En 10 années d'existence, le groupe a plus de 250 concerts au compteur, dont le festival des Eurockéennes de Belfort, le festival du Chien à Plumes, Douzy Rock festival, Herbe en Zik, Rencontres Brel, le Jardin du Miche, Terres du son, Cabaret Vert, Fest'is... Il a partagé la scène avec Tryo, Java, Jamait, Jean Corti, Bénabar, Les suprêmes Dindes, La grande Sophie, Les hurlements d'Léo, Charlélie Couture, Corbier, Soso Modern, Fatals Picards, Abd al Malik, Arno, Emir Kusturica and the No smoking orchestra, Thomas Dutronc… En créant le Track-Tour, le groupe a trouvé un moyen original pour promouvoir et diffuser sa musique. Pendant cette mini-tournée estivale, le groupe sillonne depuis 4 ans les routes de campagne avec une "remorque-scène" tractée par un vieux MF 35. En 2009, le groupe est dirigé par Grégoire Simon (Têtes Raides) pour mettre en place le spectacle du Track-Tour. Après une sélection en 2004, Tournelune est pour la seconde fois lauréat du DSAR (Dispositif de soutien aux groupes régionaux) Champagne-Ardenne. Entre 2008 et 2010, il sera suivi, accompagné et soutenu par Les arts vivants 52 (Chaumont) et le Polca Reims).

Biographie Tourne Lune

Doux mélange aux ambiances musicales pêchues, empruntant aussi bien les chemins de la valse, du grosse, du rock, du folk… Ce nouvel opus s’appuie sur des textes, en français, à la fois poétique et sans concession.

Pour Tournelune, ce quatrième album marque une étape importante dans son itinéraire. La formation a en effet intégré de nouveaux musiciens dont Grégoire Simon (Têtes Raides). 

Le groupe champardennais s’est déjà produit dans plusieurs festivals comme Les Eurockéennes de Belfort, Terre de Son, le Cabaret Vert, les Rencontres Brel, le Jardin de Michel, le Chien à Plumes ou lors de nombreuses premières parties comme Heymoonshaker, Les Têtes Raides, Thomas Dutronc, Les Fatals Picards, Sansévérino etc… 

Mais c’est par son projet phare, le «  Track-Tour «, que Tournelune se distingue tout particulièrement. Cette tournée en tracteur-remorque sillonne la campagne française depuis déjà dix ans, en proposant des concerts gratuits. Ce projet innovant en matière de diffusion a permis au groupe de se faire connaître auprès d’un large public venu de plus en plus nombreux au fil des saisons. 

Cette année, Tournelune a préparé un tout nouveau spectacle autour de «  Jour de l’aveugle «  et le présentera lors d’une tournée, cet automne. Radio Rempart